le vignoble Angevin

« D’origine monastique, le vignoble angevin connaît un véritable essor au Xème siècle grâce à Henri II Plantagenêt, comte d’Anjou et roi d’Angleterre, qui fait déguster les vins d’Anjou à la Cour et à toute l’Europe. Ses successeurs en conservant cette habitude ont contribué ainsi  à faire pendant près d’un millénaire la réputation de nos vins.

médieval Ensuite, c’est le développement du commerce avec les Hollandais qui ont favorisé l’essor du vignoble. Ces derniers, devenus  plus exigeants cherchent des vins adaptés aux goûts de leur clientèle et contribuent à la primauté du chenin blanc dans les échanges.  Ainsi, jusqu’au XVIIIème siècle un verdict est mis en vigueur par la douane ligérienne : il y a le « bon vin » pour la mer (le chenin) et le « mauvais » vin pour Paris. »
« Enfin, l’accroissement du vignoble est stoppé net par la crise du phylloxéra qui a détruit une grande partie de sa surface à la fin du XIXème siècle. Il faut alors attendre le début du XXème siècle pour résoudre cette crise avec  une recherche permanente de qualité. D’où en 1936 la création des A.O.C.(Appellations d’Origines Contrôlées). Aujourd’hui ce sont 29 appellations qui constituent le vignoble d’Anjou et de Saumur offrant une palette diversifiée, et colorée : blancs secs ou moelleux, fines bulles, rosés secs ou doux, et rouges. »

Sources : « Vins du Val de Loire »  brochure réalisée par l’Interprofession (INTERLOIRE, CIVN, BIVC)

« Découvertes en Terroir Anjou-Saumur » Route Touristique des Vignobles – édition Ouest France

Publicités